Le résultat des premières affectations des inspecteurs stagiaires publié sur Ulysse est le quatrième qui fait suite à la réforme de la formation initiale qui conduit à affecter les stagiaires 10 mois avant leur prise de poste officielle.
Avec ces mouvements de première affectation, le paradigme est inversé : ce sont désormais les stagiaires affectés en octobre 2021 pour le 1er septembre 2022 qui comblent les postes, et qui vont bloquer par leur apport l’arrivée de titulaires qui demanderont en janvier 2022 une affectation pour le 1er septembre 2022.

Pour autant, les stagiaires ne peuvent pas demander utilement les directions où des titulaires avec des rapprochements de conjoint sont en attente.
Par ailleurs, cette affectation à la direction empêche les stagiaires de pouvoir émettre des vœux en fonction du bloc fonctionnel souhaité. Ce qui peut être préjudiciable pour celles et ceux qui souhaiteraient ensuite postuler sur des directions nationales spécialisées ou en services centraux.

D‘autre part, un certain nombre de stagiaires, affectés en filière foncière contre leur gré, sont écoeurés quand ils constatent qu’en filière généraliste ils auraient pu rentrer dans leur département de rapprochement. Cette situation est amplifiée par le choix de l’administration d'envoyer plusieurs inspecteurs issus d’une même direction en formation en sphère foncière alors que dans cette même direction un seul poste est disponible dans cette filière .

Solidaires Finances Publiques dénonce l’impossibilité pour les stagiaires B et A d’effectuer des demandes liées. De plus, le report des résultats de l’affectation des contrôleurs stagiaires n’a pas permis à leurs conjoints inspecteurs stagiaires de rédiger leur demande en fonction de cette première affectation. Le résultat est que certains couples de stagiaires se retrouvent très éloignés les uns des autres.

Enfin, d'autres difficultés peuvent apparaître dans des directions locales qui ne respectent pas les instructions nationales. Ainsi, une direction a eu des velléités de proposer un poste en service départemental de l’enregistrement (qui relève de la sphère foncière) à des généralistes, et une autre ne demande pas à ses stagiaires d’effectuer une demande d’affectation locale, mais simplement de fournir un CV.

Encore une fois, ce mouvement de première affectation, dissocié du mouvement général, s’il peut satisfaire certains stagiaires, génère beaucoup de frustrations, tant chez les titulaires que les stagiaires.

Pour Solidaires Finances Publiques, il est impossible d’anticiper les vacances un an à l’avance. Ce constat est d'ailleurs partagé par l’administration puisqu’en ce qui concerne les directions nationales spécialisées et les services centraux, elle affecte les stagiaires en même temps que les titulaires.

Par ailleurs, le constat sur la formation est sans appel : la réforme n’a en rien améliorée la formation initiale des jeunes agents, bien au contraire !
C’est pourquoi Solidaires Finances Publiques condamne fermement cette réforme qui n’améliore pas la formation et rend inéquitable les possibilités d’affectation et de mutation.

Solidaires Finances Publiques exige que ces modes de gestion soient revus sans délais et que l’administration revienne à un mouvement unique intégrant les titulaires et les stagiaires, départagés entre eux selon les mêmes critères, seule solution pour une équité de traitement.