Garde d’enfant : une ASA spéciale existe, mais la DG pousse au télétravail !

Le 31 mars, la DG par le biais du bureau RH1A diffusait une note au réseau sur les dispositifs et ASA auxquels les agents et agentes ont droit dans le cas où la classe de leur enfant fermerait en raison du dépistage d’un cas au moins d’un enfant testé positif à la Covid.

Comme souvent, le diable est dans les détails et la formulation :

"Les agents devant assurer la garde de leur enfant en raison de la fermeture de leur établissement d'accueil / classe / section ou lorsque leur enfant est identifié en tant que «cas-contact» par l'Assurance Maladie, sont placés en autorisation spéciale d'absence COVID (ASA CA 030) lorsque le télétravail n'est pas possible".

Mais qui détermine que le télétravail n’est pas possible : le chef de service ou les parents ?

La question posée était donc : peut-on télétravailler et garder ses enfants ? La question, elle était vite répondue : NON !

Pour la DG, au contraire, pas de problème ! Nous avions donc abordé la problématique très rapidement, que ce soit auprès du DG, lors de nos audioconférences régulières sur la crise sanitaire, et avec la ministre lors des audios avec la DGAFP.

Nous avons de nouveau remis ce sujet sur la table ce 19 avril en CTR (comité technique de réseau), et le Directeur Général Adjoint qui présidait cette séance a mis en avant “la souplesse laissée aux directions pour les agents parents d’enfants en bas âge...”

Certes, une tolérence et un assouplissement ont été prévus et mis en avant sur Ulysse par le DG : pour les enfants scolarisés jusqu’au CM2 inclus, l’ASA Garde d’enfant doit être privilégiée.

Par ailleurs, les agents parents d’enfants peuvent être autorisés, voire poussés, à poser des congés pendant les vacances scolaires de printemps sauf en cas d’intérêt du service.

Trop aimable.

Mais pour la DG, la règle doit malgré tout être le télétravail, lorsque c’est possible, même en mode dégradé, pour les agents parents d’enfants à partir de la 6ème.

C’est sûr, tous les parents savent qu’un ado, dès qu’il entre au collège, devient automatiquement calme, silencieux, obéissant, et n’a plus besoin de ses parents pour se garder...

Nous avons été informés de nombreux abus de chefs de services qui, même pour les enfants en bas âge, n'ont pas accordé d'ASA, les agents étant équipés pour télétravailler...

Certains agents et agentes, déjà en congés au mois de mars, se sont vus refuser dans le cas d’une fermeture de classe pendant leurs congés, le droit de ‘’transformer“ les CA posés en ASA. Pourtant, un agent pendant ses congés, qui serait dépisté positif au Covid pourrait convertir ses jours de congés posés en congé ordinaire de maladie...

Dans la veine du vol de congés pour les agents ayant bénéficié d'ASA ''Covid" ou télétravaillant en 2020, cette fois la DG invente la garde d'enfants en télétravail.

Et pourquoi pas, bientôt, accorder des congés, mais uniquement sous condition de pouvoir télétravailler un petit peu quand même !   

La note aurait été diffusée un 1er avril, on en sourirait, en mode “arrête tes bêtises Jérôme, c'est encore une de tes blagues !”

Hé bien non, on a vérifié : la note a été publiée le 31 mars...

Ce qui est sûr, c'est que la tête pensante qui a pondu cette nouvelle ineptie n'a pas dû garder souvent ses enfants.

Peut-être a-t-il eu une nounou bien en présentiel, elle, pendant que papa s'isolait à l'autre bout de son loft, en attendant que la femme de ménage vienne cirer ses parquets.

Encore une fois, ce sont les agents (et certainement, surtout, encore une fois les agentes) qui trinquent.

Solidaires Finances Publiques ne va pas laisser faire sans rien dire. Nous allons revenir à la charge, encore et encore, le télétravail, ce n'est pas mettre les enfants devant la télé !

Depuis le début de cette crise, nous ne cessons de revenir vers la DG qui fait sa sourde oreille : LE TELETRAVAIL, C’EST DU TRAVAIL !

Il faut que tout agent et toute agente dont l'enfant a sa classe fermée en raison du Covid, ou dont un enfant est cas contact, bénéficie de l'ASA CA 030, SANS CONDITION !

Devra-t-on organiser l'acheminement de nos enfants directement dans le bureau du DG pour qu'il se rende compte qu'on ne peut pas travailler et garder ses enfants ?

Pourtant, plutôt qu'avoir à télétravailler et garder ses enfants, combien d'agents, et surtout d'agentes, vont malgré tout utiliser les ASA Garde d'enfant « classiques » ou poser des congés pour assumer au mieux, leur rôle de parent ? Depuis que le chef de l’Etat a confirmé le 31 mars, la fermeture des écoles sur tout le territoire métropolitain, avec une première semaine de cours à domicile, puis 2 semaines de congés pour tous les enfants scolarisés, bon nombre des agents de la DGFiP sont concernés. Vont-ils encore une nouvelle fois se faire avoir ? Et si les écoles ne rouvrent pas ?

Nous nous battrons encore et encore, mais si, de votre coté, vous vous laissez faire, sans contester le bien-fondé de cette décision de la DG, de vous faire télétravailler tout en gardant vos enfants, nous nous battrons sans armes.

Vous devez vous battre à nos côtés, la “force du Nous”, notre mantra, c’est “nous + vous” !

 

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022