Elections professionnelle 2018 - Vote électronique : l'usine à évaporation

Un GT ministériel, comptant à l'ordre du jour, les élections professionnelles de 2018 s'est tenu le 25 avril, abordant notamment la partie vote électronique.

 

Notre position sur le sujet est claire: nous sommes contre, pour les raisons évoquées dans l'unité 1084. Une d'entre elles réside dans le taux de participation en chute de 20 points lors de la mise en place du evote dans l'éducation nationale, lié à la complexité des opérations de connexion.
Et ce n'est pas l'administration centrale qui nous fera changer d'avis !
En effet, il a été, entre autres choses, présenté le processus d'accès au vote, à savoir toutes les opérations nécessaires à la création du compte électeur, avant de pouvoir glisser le premier bulletin dans l'urne.
Ce parcours relève, non pas des 12, mais de 16 travaux d'Hercule. En effet, pas moins de 16 étapes sont nécessaires, avec au total, création de 2 comptes distincts (2 mots de passe donc), 4 envois de courriels, une phrase défi à choisir puis à utiliser (le nom de jeune fille de votre mère par exemple), et une saisie d'une partie de votre code IBAN.

evote portailelecteur

evote portailvote

Notre délégation a donc défendu avec insistance la simplification de cette authentification, avec si possible l'utilisation du compte professionnel de l'agent pour se connecter au bureau de vote. Dans une direction qui fait la promotion de France Connect, nous pensons que cette revendication est plus que légitime ! Pour nous l'accès au vote doit être d'une grande simplicité, et surtout nous pensons que la DSI a les moyens de réaliser cela.

Nous ne lâcherons rien !
Ce sont vos élections, nous ne laisserons pas le ministère les galvauder.