Hier, 18 juin 2020, était convoqué un Comité Technique de Réseau (CTR). Première séance en présentiel depuis le début de la crise, en comité restreint, doublée d'une visio et d'une audio-conférence, le tout dans le respect des règles de distanciation physique et des gestes barrières.

{tab Liminaire}

Nous nous retrouvons, en formation réduite et adaptée aux circonstances sanitaires, pour la deuxième fois depuis le début de l'année. Fort heureusement, durant les quatre mois et demis qui nous séparent du dernier CTR en formation classique, le dialogue ne s'est pas arrêté.

Nos propos liminaires s'inscrivent dans la droite ligne de notre déclaration au CTR du 31/01 et de notre courrier envoyé le 3 février. Ils constituent également un 1er élément de réponse au courrier du Directeur Général en date du 7 février, lequel confirme nombre de sujets que nous souhaitons voir débattus.

Ce CTR s'ouvre dans un climat social inédit marqué d'une part l'expression sans cesse réaffirmée, depuis plusieurs mois, du mécontentement des agents de la DGFiP sous différentes formes et, d'autre part, une mobilisation historique dans sa durée et dans sa forme contre un projet de réforme de retraites qui, à lui seul, illustre le dogme idéologique de ce gouvernement mais aussi sa stratégie. Alors que tous les indicateurs sociaux nous alarment sur la fragmentation de plus en plus marquée de notre société, sur le renforcement des inégalités multiples, individuelles et territoriales, sur les pertes de repère d'un très grand nombre de nos concitoyens et de l'immense majorité des agentes et des agents publics.