Dans les services informatiques comme ailleurs, les contraintes budgétaires et la rationalisation des coûts ne sont pas indolores sur les missions. Nombre d’entre elles en pâtissent. Ainsi par exemple, l’assistance de proximité souffre d’un manque d’effectifs qui remet en cause la qualité de la mission. Le Service d’Infrastructure Locale (SIL), autre service d’assistance, connaît aussi une remise en cause de ses attributions et de son affectation.

  • Les ateliers ADO sont sacrifiés alors qu'il y a du travail.
  • Nombre de services éditiques sont sur la sellette.
  • La fermeture de l’ESI d’Ajaccio est annoncée.
  • Se profilent également une « rationalisation » des services d’exploitations et beaucoup d’interrogations sur les conséquences induites par les futurs chantiers de modernisation.

Sans oublier le rapport de la Cour des Comptes et la feuille de route stratégique portée par le Directeur Général…

Ainsi, dans son rapport d’avril 2019, la Cour des Comptes demande entre autres :

  • un renforcement du rôle du Secrétariat Général des Ministères Economiques et Financiers en matière informatique,
  • d’augmenter le recrutement de contractuels,
  • de réduire les effectifs affectés à l’assistance informatique,
  • de poursuivre le processus de resserrement du réseau et du nombre d’implantations des ESI.

De plus, l’administration envisage, dans son rapport sur les secrétariats généraux communs, une interministérialité accrue pour les agents de l’État, y compris l’informatique, sous la tutelle de plus en plus hégémonique du ministère de l’Intérieur avec la mise en place :

- d’une cartographie interministérielle des métiers et compétences (avec un outil GPEEC spécifique…),

- d’un recrutement de contractuels en CDI au-delà de l’absence de corps de fonctionnaire,

- d’un programme de mobilisation des agents des DSI ministérielles auprès des start-ups d’État,

- de la possibilité pour un contractuel de « haut niveau » d’être nommé sur un emploi fonctionnel…

Ce n’est pas cette vision que nous portons pour l’informatique dans notre administration !

Solidaires Finances Publiques demande une remise à niveau des crédits du SSI et l'arrêt des suppressions d’emplois dans la sphère informatique. Il est à présent urgent de pouvoir investir, dégager des crédits et des moyens humains afin de moderniser l'ensemble de nos services informatiques. Faisons pression pour faire aboutir nos revendications et ouvrir une phase de véritables négociations sur l’avenir de l’informatique à la DGFiP.

Engageons-nous résolument et avec détermination !

Solidaires Finances Publiques appelle l’ensemble des agents de la sphère informatique à se mettre en grève et à participer massivement à la manifestation nationale le 14 novembre à Paris !

Agents des DiSI et de la sphère informatique, continuons la lutte !!

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022