Ce mardi 15 novembre avait lieu une journée de grève nationale et d'actions à l'appel des 3 organisations syndicales, Solidaires Finances Publiques, CGT Finances Publiques et FO-DGFiP. Cette journée de grève et de manifestations à la DGFiP s'inscrit dans un calendrier couvrant la période d'octobre à décembre avec comme point d'étape le 15 novembre, date d’échéance.

Avec 1 agent sur 3 en grève et un grand nombre de structures fermées sur une large majorité des départements, cette journée peut être caractérisée de réussite.

Le mécontentement à la DGFiP ne faiblit pas et retrouve même son niveau de 2009.

La plate-forme revendicative de cette journée portait sur :

- l'arrêt des suppressions d'emplois,

- une pause qualité sur l'ensemble des réformes engagées,

- une véritable reconnaissance des qualifications des agents,

- une revalorisation réelle de leur pouvoir d'achat.

Par cette journée, les agents de la Direction Générale des Finances Publiques ont signifié aux responsables politiques et administratifs que la coupe était pleine, que la charge de travail en constante augmentation était loin d'être compensée par les mesures de simplifications présentées et le mirage du tout numérique.

Ils exigent l’arrêt du démantèlement de la DGFiP, administration indispensable au bon fonctionnement de l'Etat à travers l'ensemble des missions qu'elle exerce au service de la collectivité toute entière.

Aussi, Solidaires Finances Publiques, la CGT Finances Publiques et FO DGFiP, après l'audience de ce soir au cabinet du Ministre des Finances, reviendront vers les agents pour déterminer d'autres modalités d'actions.

Cette journée de grève n'est qu'une étape dans la construction du rapport de force nécessaire à la satisfaction de l'ensemble des revendications.

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022