Dans un article du quotidien Les Échos, intitulé « Bercy adoucit la réforme du réseau des impôts » (vraiment ?), le Directeur général des finances publiques déclare :« Les évolutions structurelles peuvent faire peur. Il n'y a pas de mobilités forcées, et il y aura toujours une attention extrême aux personnes et à leurs conditions de vie et de travail.». Le quotidien précise d’ailleurs que « le patron du fisc dément que cette situation conduise à un malaise social, comme le syndicat Solidaires finances publiques l'a récemment clamé » (rapport "la reforme nuit gravement...").

Télé@acte, ANF, SAPF : ces multiples bouleversements imposés dans la sphère foncière

Nous ne pouvons que constater que le pouvoir d’achat des agent·es de la DGFiP est à la traîne depuis près de 15 ans. En effet, la DGFiP vit dans l’austérité !

Pour absorber la chute des effectifs, la DGFiP se lance dans de profondes réformes de structures, comme le projet du Nouveau Réseau de Proximité (NRP). La DGFiP poursuit le démantèlement de ses services : sont annoncées les fermetures de 1100 trésoreries sur les 2000 encore existantes.