Suite de l'examen du projet de Loi visant la transformation de la Fonction Publique, tous les dangers à craindre sont désormais en Marche !! Si le gouvernement se targue d'avoir respecté la concertation allant jusqu'à dire que les partenaires sociaux ont été entendus, aucune des réserves et des contre-propositions portées pour maintenir les fondamentaux de l'action publique n'a été retenue. C'est dire la qualité du dialogue social, notre principal fossoyeur dans ses déclarations, M. Dussopt ! Lequel ose tout...

L’intervention du président de la République du mardi 27 novembre a essentiellement porté sur la question du climat et des choix énergétiques. De ce point de vue, la réponse au mécontentement ambiant s’avère très partielle. En effet, si le mouvement dit des « gilets jaunes » est parti de la hausse de la fiscalité sur le diesel et le fioul, il s’est très rapidement élargi au pouvoir d’achat, à la désertification des services publics ou encore à la répartition des richesses, donc à la fiscalité.

Ce type de structures d'accueil dit de proximité revient régulièrement dans le débat public. Elles sont présentées comme une sorte de panacée à la désertification administrative. Une désertification organisée et qui touche bien d'autres domaines que celui des seuls services publics.

Dans le cadre du dernier Comité interministériel de la transformation publique, chaque ministère s'est vu notifier sa feuille de route pour les quatre dernières années du quinquennat. Le nôtre bien évidemment est concerné, la DGFiP et la Douane en particulier. Bizarrement, ou pas d'ailleurs, seule notre feuille de route intégre un volet « réformer la Fonction publique ».