Les organisations syndicales n'avaient jamais été officiellement destinataires du rapport de l'IGF et de la CGEDD évoquant une possible externalisation à l'IGN d'une frange des missions topographiques. Les tractations entre notre ministère et l'établissement public se poursuivent dans la plus totale opacité. Nous avons réussi à connaître la teneur des différents échanges entre les deux directeurs généraux et avons questionné l'administration lors du CTR de janvier ainsi que lors du GT Publicité Foncière de février.

Les réflexions seraient entamées sur 3 thématiques.

Les suppressions d'emplois perdurent en 2019 à la DGFiP. Au total, ce sont 1 340 emplois qui sont supprimés dans les DDFiP et DRFiP. Ces suppressions témoignent d'une volonté affichée de casse du Service Public et d'affaiblissement de nos missions.

Nous nous étions quittés avant les vacances d’été avec une incertitude en tête. Qu’adviendra-t-il de la topographie au sein de la DGFiP ? A quelle sauce les géomètres, aide-géomètres, inspecteurs et inspectrices cadastre, et autres personnels en lien avec la matière, allaient-ils et allaient-elles être mangé.es ?

Les 2 et 3 juillet derniers, à Arras, se sont tenus les Geodatadays, présentés comme « l’évènement national de référence indépendant de la géographie numérique » . Selon nos informations, la députée Valéria Faure-Muntian, intervenant en préambule, aurait annoncé que les missions topographiques basculeraient de la DGFiP à l’IGN et que le rapport de l’IGF et de l’IGAS irait en ce sens.

Malgré nos questionnements et nos relances, Jérôme Fournel n’a pas répondu à nos interrogations sur le sujet de la topographie au cours du CTR du 9 juillet.