Le 6 mai se tenait un Conseil Commun de la Fonction Publique (CCFP) normalement présidé par la Ministre, Amélie de Montchalin. Ce CCFP avait deux points à l’ordre du jour, l’examen du projet d’ordonnance favorisant l’évolution professionnelle de certains agents publics et le projet de décret relatif à la négociation et aux accords collectifs dans la Fonction publique.

La réforme de la haute fonction publique s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019. Très médiatisée quant à un aspect de cette réforme - la suppression de l’ENA et son remplacement par l’Institut du Service Public -, elle va bien au-delà. Elle pose question quant au respect du statut général de la fonction publique dont l’objet est d’organiser une fonction publique indépendante et exerçant avec neutralité et impartialité les missions de service public.

Contribution syndicale de Solidaires Fonction Publique au miroir de la crise sanitaire.

Cette contribution n’est hélas pas exhaustive des difficultés aujourd’hui rencontrées par celles et ceux en situation de handicap dans la Fonction publique. Elle a été initiée au sein du réseau des mandaté-es Solidaires dans les Comités du FIPHFP (Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique).

A la suite des annonces présidentielles du 31 mars dont la fermeture des établissements scolaires et des crèches, Amélie de Montchalin a organisé une visio conférence avec les organisations syndicales ce 2 avril.