Le gouvernement d'Edouard Philippe sous la présidence E. Macron avait fait le choix (contestable et contesté par la suite par le mouvement entre autres des gilets jaunes) de supprimer l’impôt sur la fortune (ISF) qui rapportait malgré tout plus de 5 milliards d'euros au budget de l’État, et de le remplacer par l'Impôt sur la fortune immobilière (IFI) et le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % sur les revenus financiers.

La crise sanitaire que nous traversons nous rappelle utilement la nécessité du service public en général et de l'administration des Finances publiques en particulier. Elle assure des missions souvent méconnues et pourtant essentielles au cœur du fonctionnement de l’État et des collectivités locales.

Le Président E.Macron avait dit lors de son allocution de mai dernier que le monde d’après ne serait pas le monde d’avant la crise sanitaire. Sans se bercer d’illusion, le projet de loi de finances 2021 associé au plan de relance confirme et accentue les choix politiques d’avant crise.

Le Ministre de l’action et des comptes publics a une nouvelle fois vanté les résultats de la lutte contre la fraude fiscale, allant jusqu’à évoquer « une année record » pour l’année 2019.