Dans les services informatiques comme ailleurs, les contraintes budgétaires et la rationalisation des coûts ne sont pas indolores sur les missions. Nombre d’entre elles en pâtissent. Ainsi par exemple, l’assistance de proximité souffre d’un manque d’effectifs qui remet en cause la qualité de la mission. Le Service d’Infrastructure Locale (SIL), autre service d’assistance, connaît aussi une remise en cause de ses attributions et de son affectation.

La Direction générale vient de nous transmettre ses dernières fiches de travail concernant la sphère informatique. Parmi elles, son lot de -mauvaises- nouvelles et de restructurations avec entre autres :

  • suppression de l’affectation nationale SIL
  • modernisation et concentration des exploitations
  • modernisation des ateliers éditiques, mais avec la fermeture de certains services
  • fermeture des ADO
  • fermeture de l’ESI d’Ajaccio

La publication, encore incomplète, des cartographies revisitées des DRFiP/DDFiP a suscité de très nombreuses réactions de la part des personnels. Les mobilisations de toute nature se succèdent et réunissent de plus en plus d’agents. Agents des DiSI, nous sommes avant tout des agents des Finances publiques, et notre avenir commun dépend de l’avenir de la DGFiP.

La publication, encore incomplète, des cartographies revisitées des DRFIP/DDFIP a suscité de très nombreuses réactions de la part des personnels. Les mobilisations de toute nature se sont succédé et continuent à réunir de plus en plus d'agent.es.

Agent.e des DiSI, nous sommes avant tout des agent.es des finances publiques, et notre avenir commun dépend de l’avenir de la DGFIP. Si la DGFIP est réduite à la portion congrue, il en sera de même des services informatiques !