Lors de l’ouverture du Conseil des ministres de la rentrée 2022, le Président de la République appelle à la fin de l’abondance, de l’insouciance et de la démagogie en se tournant vers une grande rupture.

Par ses propos, une nouvelle fois, indécents, le président se veut volontariste et offensif... mais envers qui?

Il est clair que les français et les françaises ne vivent ni le même quotidien ni la même réalité !

En effet, une large partie de la population se trouve confrontée à des fins de mois de plus en plus difficiles face à une inflation galopante et des salaires de faible niveau, avec un SMIC qui n’a pas été revalorisé de façon conséquente pour vivre dignement de son travail.

Alors oui mettre fin à l’abondance des plus riches, c’est œuvrer pour une véritable répartition des richesses et instaurer une taxation des « super profits ». Il y a urgence à porter une réforme  fiscale de fond basée sur plus de progressivité, nettoyée des niches fiscales inefficaces sur le plan économique au coût budgétaire élevé et qui favorisent l’optimisation voire la fraude et l’évasion fiscales.

Alors oui, mettre fin à l’insouciance c’est mettre en place de véritables politiques publiques en opérant un changement structurel pour faire face à l’urgence climatique, économique et sociale

Alors oui, mettre fin à la démagogie c’est agir et entreprendre des changements porteurs de progrès, c’est abroger la réforme  de l’assurance chômage et stopper celle envisagée sur la retraite.

Oui, un autre monde est possible mais nécessite d’en finir avec les principes d’un système qui nous amène au désastre.. Solidaires Finances Publiques appelle à l'exprimer haut et fort en étant en gréve et manifestations le 29 septembre prochain.

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022