Nos contacts

  • Nous écrire
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Suivez-nous sur Facebook
  • Clermont-Ferrand (63)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 77 80 91 11
  • Lyon (69)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    04 78 63 32 37
  • Noisiel (77)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 10 02 52 81
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 63 53 33 60
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 33 84 96 81
  • Noisy-le-Grand (93)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 83 24 36 33
  • Toulouse (31)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 16 29 79 02

Section Stagiaires - Rapide récapitulatif du Conseil de promotion :

D'après Michel Ramir, directeur de la formation et président du conseil de promotion, les sujets les plus importants (logement, revalorisation des indemnités et les nouvelles règles de mutation qui inquiètent nombre d'entre nous) ne sont pas du ressort de l'ENFIP et ont été balayés du revers de la main.

 

Les élus Solidaires Finances Publiques ont clairement ressenti de l'indifférence de la part des intervenants face aux problématiques soulevées. Nous avons dû revenir à plusieurs reprises sur les sujets importants.

Les élus ont également abordé le caractère très éprouvant du système d'évaluation, qui sera revu à terme.

M. Ramir considère par ailleurs que la densité des semaines de cours n'est pas un réel problème. Il occulte le temps de travail personnel et nécessaire des stagiaires.
D'après ses dires, une semaine de 24h reste très raisonnable et nous devons nous attendre à une telle intensité, voire plus, dans les services.

Ceci démontre la totale déconnexion de l'administration centrale avec le réseau déconcentré.

Est-il dans les missions de l'ENFIP de nous préparer à un environnement de travail stressant ?