C'est confirmé, après le vol de jours de congés et de RTT, organisé par l'ordonnance du 15 avril 2020, après avoir incité les chef•fes de service à limiter la durée de congés des agent•es à 10 jours maximum, un nouveau larcin vient d'être commis.

Contrairement à ce qu'il avait annoncé solennellement devant la commission des finances au Sénat le 15 avril dernier, notre secrétaire d'Etat ne tiendra pas, une nouvelle fois, ses promesses.

Lors de cette commission , 18 minutes 34 environ après le début de la séance, Olivier Dussopt nous dressait un tableau dont il a l'expertise, grand amateur d'art qu'il est (dans la mesure où il n'a pas à acheter lui-même ses oeuvres).

"Enfin, nous avons pris des mesures techniques afin que ces congés imposés n'engendrent pas de jours de fractionnement ou que les reliquats de congés pour 2019 et les congés payés engendrés par les périodes d'ASA soient basculés sur les comptes épargne-temps (CET)."

De plus, il avait annoncé, à une autre occasion, que les congés posés durant la période de confinement et non annulés seront décomptés du plafond de dix jours. Combien de collègues auraient pu dans ce cas poser des jours de 2019 au lieu de se voir prélever des jours de 2020 ?

Nous attendions alors avec impatience l'application pratique de cette promesse. Première déception, lors de la publication de l'arrêté du 13 mai dernier sur l'aménagement du CET. Pas un mot sur les congés 2019, nous nous en inquiétions dans notre article sur le sujet. Or nous ne sommes pas amateurs d'art naïf !

Puis, à partir de cette date, le sujet des jours 2019 a bizarrement disparu des radars, jusqu'à la conférence téléphonée du 20 mai avec le DG. Ce dernier nous affirme, en résumé, qu'il a fait tout ce qu'il a pu pour sauver ces congés, mais ces méchants de la DGAFP ont décidé que la date de péremption restait le 3 mai. Et pis c'est tout. Désolé hein ? Impossible dans cet article d'activer l'émoticone du petit bonhomme haussant les épaules " désolé ", mais vous aurez compris.

Donc, chers collègues à l'instar d'un Gérard Majax et d’un Garcimore, le ministre et le DG font disparaître, d'un coup de baguette magique, potentiellement jusqu’à 5 jours supplémentaires de congés. C’est la tactique de tic et tac.

Alors, art figuratif art-naque, ou trompe l'oeil  ?
Olivier Dussopt a-t-il du mal à encadrer les fonctionnaires, ou ne peut-il juste pas les voir en peinture ?

L'offre de garde des enfants pendant les vacances d'été sera certainement moins importante du fait des mesures de sécurité sanitaire. Moins de colonies de vacances, moins de places en centres de loisirs et impossibilité pour beaucoup de compter sur les grands-parents. Dans ces conditions, comment vont pouvoir faire les parents qui auront perdu 10 jours de congés annuels, voire 15 ?

Tous n'ont pas 56 jours comme le prétend le DG… Et quand bien même ?

Bref, il semblerait que le ministre soit plus enclin à recevoir des cadeaux qu'à en faire !

Magritte disait "ceci n'est pas une pipe ", nous disons, "ceci est une belle arnaque" !

Alors chers collègues, on va devoir réagir d'art d'art, car si nous laissons passer cette nouvelle escroquerie, jusqu'où iront-ils ?