Alors que les affaires de fraude et évasion fiscales se succèdent, Solidaires Finances Publiques lance sa pétition pour exiger des moyens indispensables pour lutter efficacement contre ce fléau qui touchent l'ensemble des États.

En France, la fraude et l'évasion fiscales grèvent le budget de l’État entre 60 et 80 milliards d'euros par an, les moyens donnés à la Direction générale des Finances Publiques, dont la mission du contrôle fiscal lui est dévolue, sont en constant repli.

Au regard des enjeux à la fois économiques, sociaux et démocratiques, Solidaires Finances Publiques, depuis de nombreuses années avec sa technicité reconnue et ses analyses, n'a eu de cesse de dénoncer ce fléau et d'exiger les moyens tant juridiques, techniques et humains auprès de l'ensemble des responsables politiques et administratifs.

Or, les orientations politiques de ces dernières années, et désormais celles du gouvernement d’Edouard Philippe continuent de réduire les moyens alloués à l'administration. Pis, la loi de finances 2018 ne comporte aucune disposition en matière de lutte contre la fraude fiscale. Après avoir subie 37 600 suppressions d'emploi depuis 2002 une nouvelle vague de 1 600 emplois va disparaître en 2018 et les années qui suivent du quinquennat sont annoncées comme pires. L'ensemble de la chaîne du contrôle fiscal a perdu près de 3100 emplois depuis 2009.

Aussi, Solidaires Finances Publiques lance sa pétition au-delà de la sphère professionnelle pour alerter les citoyens, élus, car nos missions, nos emplois sont économiquement rentables et socialement utiles.

Retrouvez la pétition sur le site de Solidaires Finances Publiques

Signez la pétition pour le renforcement des effectifs et des moyens du contrôle fiscal, ouverte à tou(te)s

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022