Une majorité de la population soutient la mobilisation contre la casse du modèle social français incarné dans toute sa brutalité par le projet de réforme des retraites et des pensions. Contrairement à ce que prétend la propagande gouvernementale, la mobilisation syndicale et citoyenne n’est pas arrivée à son terme. Il ne tient qu’à nous de l’intensifier.

Dans la foulée de la journée de grève du 16 janvier où des centaines de milliers de personnes ont manifesté pour le retrait du projet de retraites par points, les actions continuent dans de nombreux secteurs comme au niveau interprofessionnel, avec de nouveaux moments forts les 22 et 23 janvier et le 24 janvier une journée de grève interprofessionnelle.
Pour nous, agents de la DGFiP, ce projet totalement inutile et profondément antisocial, entraînera une baisse des pensions de 20 à 30 % : c’est inacceptable !

DE PLUS, LA BASE DE CALCUL DES RETRAITES DES AGENTS DE LA DGFIP S’APPUIERA DEMAIN SUR UN NIVEAU DE RÉMUNÉRATION QUI A DÉJÀ AMORCÉ UNE BAISSE CHRONIQUE :

  • Sous l’effet des réorganisations où l’administration harmonise sur la base du moins disant le régime indemnitaire des agents concernés et de la loi de transformation de la fonction publique qui va introduire de la précarité dans l’octroi de certaines primes.
  • Compte tenu du ralentissement notable des parcours de carrière, du fait d’une part de la baisse des possibilités de promotion par concours internes et d’autre part par l’assèchement des plans de qualifications.

Pour nos organisations, Solidaires Finances Publiques, CGT Finances Publiques et FO DGFiP, ce projet est contraire à l’intérêt général. La suppression du régime des pensions civiles et militaires constitue une attaque supplémentaire contre le statut des fonctionnaires, une partie prenante de la loi dite de transformation de la fonction publique qui vise son démantèlement. À la DGFIP, le plan DARMANIN, le NRP et le recul des droits et garanties des agents s’inscrivent pleinement dans cette politique anti services publics et anti fonction publique.

Gagner le retrait de cette réforme des retraites et pensions, c’est aussi défendre notre avenir à la DGFIP !

TOUS ET TOUTES ENSEMBLE, EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 24 JANVIER POUR GAGNER SUR NOS REVENDICATIONS :

  • Amélioration et consolidation de nos régimes de pensions, ce qui implique en premier lieu l’abandon pur et simple de la réforme visant à instaurer un régime unique de retraite par points ;
  • Augmentation et rattrapage de la valeur du point d’indice ;
  • Égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes ;
  • Créations d’emplois statutaires et plan de titularisation des contractuels ;
  • Défense de nos statuts, des missions publiques, abandon des privatisations et externalisations et leurs réintégrations, ce qui implique l’abrogation de la loi dite de transformation de la fonction publique et l’abandon du plan Darmanin à la DGFIP ;
  • Lutte efficace contre la fraude et l’évasion fiscale ;
  • Une politique fiscale véritablement redistributive ;
  • Fin des niches sociales et fiscales socialement injustifiées.

Tract intersyndical : le 24 janvier 2020, tous et toutes en grève et en manifestation !

 

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022