L’année 2018 voit paraître le 22e Rapport annuel sur l’homophobie. 24 années d’existence pour SOS homophobie et 22 publications faisant le constat de l’intolérance, du rejet et de la haine envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans n’auront donc pas été suffisantes pour faire reculer ces fléaux en France.

Cette année confirme la hausse du nombre de témoignages reçus, attestant d’une homophobie et d’une transphobie durablement ancrées au-delà du pic de témoignages reçus entre 2012 et 2014, lié au contexte des débats sur le mariage et l’adoption.

1650 témoignages ont ainsi été enregistrés en 2017. La lecture des chiffres met en avant ce qu’on pourrait qualifier de lesbophobie, de gayphobie, de biphobie et de transphobie du quotidien, laissant penser que la parole homophobe libérée et médiatisée ces dernières années a légitimé une « homophobie ordinaire », qui s’exprime d’autant plus que les personnes LGBT sont désormais visibles. Il est frappant de remarquer que les violences verbales et les agressions se produisent essentiellement dans des contextes liés à la vie quotidienne, en famille, dans les relations de voisinage, au travail et dans le milieu scolaire, où les victimes sont de plus en plus jeunes.

Ce rapport est disponible en téléchargement gratuit ici Rapport annuel 2018 homophobie mais peut être acheté sous forme de livret.

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022