Une nouvelle fois, la mobilisation ce 9 janvier a été exceptionnelle par son ampleur et son caractère interprofessionnel. Elle s’inscrit dans une mobilisation historique lancée par la grève du 5 décembre 2019.

Cette situation démontre le rejet massif et croissant du projet de réforme de retraites par points, voulu par le gouvernement et refusé par la majorité de la population.

Ne vous y trompez pas, le gouvernement cherche à nous focaliser sur les régimes spéciaux mais cette réforme touche tout le monde, salarié·es du privé comme du public. Chacun·e serait concerné·e et touché·e, sachant que le gouvernement veut réduire la part consacrée aux retraites alors qu’il y aura davantage de retraité·es à l’avenir.

Pour nous, fonctionnaires de la DGFIP, c'est l'inconnu qui deviendrait la règle, fini la pension égale à 75 % du traitement indicaire brut des 6 derniers mois de la carrière.

Cette réforme nous plongerait toutes et tous vers un avenir incertain dès lors que la contrainte budgétaire prévaut à tout autre argument.

Le niveau de liquidation des retraites devrait être établi de façon à ce que la masse des retraites versées ne dépasse pas 14 % du PIB. Les variables d’ajustement seront la modulation à la baisse de la valeur de liquidation du point de service lors de la liquidation de la retraite et l’âge de départ en retraite. Nous saurons donc ce que nous cotiserons mais pas ce que nous recevrons comme pension !

Dès janvier 2022, l'âge pivot (64 ans) apporterait ses effets négatifs sur le montant de la pension des nouveaux retraités qui décideraient de partir dès l'âge légal (62 ans). L'âge légal serait ainsi contourné et biaisé par un système de décote ( moins 5 % par an).

Après 36 jours de grève dans certains secteurs, après de nombreux temps forts pour toutes et tous.

A la DGFIP, les agent·es ont répondu présent·es à chaque journée de mobilisation pour défendre le service public, la DGFiP et leur système de pension depuis le début de cette lutte, le 5 décembre 2019.

ALORS ON CONTINUE & ON NE LACHE RIEN !

Face à l'entêtement de ce gouvernement, notre détermination reste intacte.

A la DGFIP comme avec tous les salarié·es du privé et du public, toutes et tous en AG pour montrer notre détermination et continuer le combat.

Solidaires Finances Publiques appelle les personnels de la DGFiP à être en grève interprofessionnelle le 14 janvier 2020 et à se réunir en assemblée générale pour les suites des 15 et 16 janvier 2020.

 

 

Tract mobilisation 14 janvier contre la retraite à points

 

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022