Nos contacts

  • Nous écrire
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Suivez-nous sur Facebook
  • Clermont-Ferrand (63)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 77 80 91 11
  • Lyon (69)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 19 84 12 91
  • Noisiel (77)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 10 02 52 81
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 63 53 33 60
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 81 79 50 29
  • Noisy-le-Grand (93)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 98 93 43 61
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 78 45 62 54
  • Toulouse (31)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    06 16 29 79 02

Solidaires Finances Publiques est de nouveau intervenu auprès du Directeur Général lors de la visio " COVID " du mardi 11 janvier.

 

Nous avons réitéré notre demande de basculer les formations initiales du présentiel en mode distanciel le temps nécessaire.

L'administration a été sensible aux arguments développés par notre organisation syndicale sur la base du vécu de nombreux stagiaires.

La non-décision du jour s'explique à ce stade, car nous n'avons pas du tout les mêmes chiffres sur le nombre de stagiaires touchés par le COVID ( cas avérés, suspicions, cas contact).

En effet, l'administration annonce seulement  46 cas avérés pour les stagiaires et 21 suspicions pour les 5 établissements.

De notre côté, le recensement est beaucoup plus élevé notamment sur Clermont-Ferrand et les deux sites franciliens. 

Devant notre insistance et celle des autres organisations syndicales sur ce sujet, le Directeur Général s'est engagé à recontacter en urgence l'ENFiP pour avoir les chiffres précis du jour établissement par établissement. Une fois, ces informations cruciales obtenues, ils se mettront en capacité de prendre des décisions sur les sites les plus exposés. Ils suivront bien évidemment la tendance quotidiennement.

Nous vous tiendrons au courant des évolutions dès que nous en serons informés.

On ne lâche rien !