La publication, encore incomplète, des cartographies revisitées des DRFiP/DDFiP a suscité de très nombreuses réactions de la part des personnels. Les mobilisations de toute nature se succèdent et réunissent de plus en plus d’agents. Agents des DiSI, nous sommes avant tout des agents des Finances publiques, et notre avenir commun dépend de l’avenir de la DGFiP.

Si la DGFiP est réduite à la portion congrue, il en sera de même des services informatiques !

Dans son dernier rapport, la Cour des Comptes demande entre autres :

- un renforcement du rôle du Secrétariat Général des Ministères Économiques et Financiers en matière informatique,

- d’augmenter le recrutement de contractuels,

- de réduire les effectifs affectés à l’assistance informatique,

- de poursuivre le processus de resserrement du réseau au niveau des ESI et le nombre d’implantations.

CETTE VISION INIQUE ET RÉDUCTRICE EST INACCEPTABLE !

En effet, dans les services informatiques comme ailleurs, les contraintes budgétaires et la rationalisation des coûts ne sont pas indolores sur les missions.

Nombre d’entre elles en pâtissent. Ainsi par exemple, l’assistance de proximité souffre d’un manque d’effectifs qui remet en cause la qualité de la mission.

Le Service d’Infrastructure Locale (SIL), autre service d’assistance, connaît aussi une remise en cause de ses attributions.

Les ateliers ADO sont sacrifiés alors qu’il y a du travail.

Se profile également une « rationalisation » des exploitations, avec une redistribution des missions d’exploitation GCOS…

Solidaires Finances Publiques, la CGT Finances Publiques, FO Finances Publiques, la CFDT Finances Publiques et la CFTC Finances Publiques, appellent l’ensemble des agents de la filière informatique à se mobiliser et se mettre en grève partout et par tous les moyens à compter du 16 septembre.

Les pouvoirs publics veulent se débarrasser massivement de fonctionnaires, notamment à la DGFiP. C’est devenu une obsession qui ne s’arrête pas à la seule géographie revisitée. La contre-offensive des agents, avec le soutien de leurs organisations syndicales Solidaires Finances Publiques, CGT, FO, CFDT et CFTC de la DGFiP, en termes de communication et d’actions, y compris par la grève, génère ses premiers effets et commence à les faire reculer.

MAIS SOYONS CLAIRS : si nous voulons faire pression pour ouvrir une phase de véritables négociations sur l’avenir de la DGFiP, celui de ses personnels, pour faire aboutir nos revendications, il va falloir faire monter d’un cran le rapport de forces et s’engager résolument et avec détermination, tous ensemble et dans le même tempo, dans une mobilisation d’ampleur inscrite dans la durée.

L’intersyndicale DGFiP Solidaires, CGT, FO, CFDT et CFTC appelle d’ores et déjà les personnels à poursuivre la dynamique pour créer les conditions d’une mobilisation massive et nationale ! Ainsi, le 16 septembre 2019, l’intersyndicale DGFiP appelle à une journée nationale de grève et à la tenue, partout, d’assemblées générales qui décideront des suites à lui donner.

Dès maintenant, partout et par tous les moyens, à partir du 16 septembre tous ensemble, dans la grève et dans toutes les formes qui seront décidées collectivement, amplifions la mobilisation pour gagner l’abandon de la géographie revisitée et la satisfaction de nos revendications !

Agents des DiSI et de la sphère informatique ENSEMBLE POUR GAGNER !

 

Votons Solidaires Finances Publiques aux élections professionnelles de décembre 2022