Le 1er mai est le jour où les travailleurs et travailleuses du monde entier se lèvent et s’organisent dans une solidarité sans frontières. La grève du 1er mai 1886 à Chicago inaugure une séquence qui conduit à l’obtention de la journée de 8 heures pour les travailleurs et travailleuses américain-es et, en un sens, pour celles et ceux du monde entier dans les années qui suivent. Ces événements ont pour conséquence une répression extrêmement violente de la manifestation du 4 mai à Haymarket, à Chicago, durant laquelle la police ouvre le feu sur les manifestant-es. Un procès inique, tout à la charge des syndicalistes, condamne à la pendaison 8 d’entre eux. Ce moment de l’histoire est un condensé de la lutte des classes. 134 ans plus tard, le monde s’apprête à vivre un 1er mai, devenu journée internationale des droits des travailleurs et travailleuses, dans le confinement pour la plupart des pays. Les manifestations traditionnelles n’auront pas lieu cette année. Pourtant, en 2020, cette journée, qui est à la fois un rappel des luttes passées et l’expression d’exigences sociales, est plus que jamais d’actualité.

Le 1er mai prochain sera une journée très particulière. La pandémie fait rage et le déconfinement s'amorcerait le 11 mai dans un brouillard dû aux découvertes scientifiques que l'on fait peu à peu sur ce virus mais également dans une incohérence gouvernementale qui gère ses pénuries et veut reprendre coûte que coûte, quitte à jouer parfois avec la santé des travailleurs/ses. Plus que jamais, ce 1er mai sera l'occasion de porter les revendications de celles et ceux qui en France comme partout dans le monde subissent la domination de quelques un.es.

La crise que nous vivons aujourd'hui démontre encore une fois l'importance des services publics, notamment hospitaliers, mais aussi dans beaucoup d'autres domaines.

Ceux et celles qui les ont détruits au nom de l'orthodoxie libérale et, ont libéré les maux que nous subissons, ont maintenant des mots pour les louer.

A nous de leur rappeler que les services publics sont un besoin essentiel.

COVID 19 et services publics des maux et des mots

L’Union syndicale Solidaires vient d’apprendre la suspension immédiate d’un inspecteur du travail pour avoir osé engager une procédure de référé à l’encontre d’une entreprise.