Le gouvernement poursuit son entreprise de déstabilisation et de réduction de la place et du rôle de l’État et des services publics. Bercy et la Direction générale des finances publiques (DGFiP) sont au cœur de ce plan. A la DGFiP, le projet dit de « géographie revisitée » (voir notre rubrique sur le sujet) consiste en une réduction sans précédent de ses services territoriaux accompagnée de transferts de services. Tout cela sur fond de poursuite des suppressions d’emplois : 4900 d’ici 2022 alors que la DGFiP a déjà perdu plus de 40 000 emplois depuis 2002.

Invitation à la conférence de presse organisée par l'intersyndicale Solidaires Finances Publiques , CGT Finances Publiques, FO DGFiP et CFDT/CFTC, organisations  représentatives  de la Direction Générale des Finances Publiques.

Le ministre de l’action et des comptes publics a annoncé que, d’ici 2022, 5 800 emplois seraient supprimés sur le champ de son ministère, lequel regroupe la Direction générale des finances publiques (DGFiP) et la Direction générale des douanes et des droits indirects (DGDDI).

Le premier « bilan » que l’on peut dresser de la campagne d’accueil du public suite à la sortie des avis d’imposition, est instructif.