Projet de loi « Transformation de la fonction publique »

Le projet de loi de transformation de la fonction publique présenté par le gouvernement par le biais du secrétaire d’Etat à la fonction publique Olivier Dussopt n’est ni plus ni moins que le dynamitage de la fonction publique. Il s’inscrit dans une logique ultra libérale fondée sur un projet global de société qui prône l’individualisme à tout va. Chacun-e est responsable de sa vie. Ainsi, celles et ceux qui peuvent font et ont. Tant pis pour les autres. Dans cet esprit, le gouvernement remet donc en cause tout ce qui relève de la solidarité et de principes collectifs. Par conséquent haro sur les services publics et la fonction publique, pourtant fondamentaux pour la redistribution des richesses et la cohésion sociale.

Les organisations syndicales de la Fonction publique CFDT, CFE CGC, CFTC, CGT, FA FP, FO, FSU, Solidaires, UNSA se sont réunies le 19 février. Alors que le projet de loi dit « de transformation de la Fonction publique » vient de faire l’objet d’une première présentation, elles condamnent la méthode gouvernementale consistant à imposer des mesures contre l’avis des organisations syndicales représentatives des plus de 5 millions d’agent.e.s de la Fonction publique.

Le cycle de rencontres entre les organisations représentatives des fonctionnaires, dont Solidaires, a repris de plus belle depuis la rentrée sur le volet RH.

La session du 04 octobre portait sur la suite des travaux concernant les dispositifs d'accompagenemnt de la mobilité. Une grande partie des décisions concernant les fonctionnaires dans le cadre du programme action publique 2022 se jouent à ce niveau où ne sont présentes que les organisations syndicales représentatives à la Fonction publique, mais aussi au niveau ministériel et directionnel. C'est le cas de Solidaires. Voter pour les listes Solidaires à la DGFiP et au ministère revêt donc pour vous un intérêt certain.

En parallèle avec les dicussions qui se tiennent dans le cadre du programme Action Publique 2022, s'est tenu le 17 octobre "le rendez-vous" salarial, suite d'une réunion qui se tenait au printemps ; Solidaires y était bien entendu présent pour défendre les intérêts de tous les fonctionnaires, dont celles et ceux de la DGFiP.