Depuis de trop nombreuses années, la Direction Générale des Finances Publiques est la cible de la rigueur budgétaire des différents gouvernements au motif qu'elle fait partie d'un ministère non prioritaire.

Les « propositions » de Nicolas Sarkozy de supprimer 300 000 à 350 000 postes de fonctionnaires, de remettre en cause le statut de la fonction publique et de s'attaquer au contrôle public sont délirantes. Elles sont malheureusement illustratives du discours « anti-fonctionnaire » ambiant...