L'association Attac a publié le mercredi 8 avril un texte intitulé "Charité ou justice fiscale : qui va payer la crise du coronavirus ?" Ce texte, rédigé avec la participation de Solidaires Finances Publiques, revient sur les enjeux fiscaux dans une période qui montre en quoi il faut renforcer le financement de l'action publique, réduire les inégalités et prendre en charge les besoins sociaux, environnementaux et économiques. Il livre des propositions tournées vers la justice fiscale.

Tribune de Solidaires Finances Publiques parue dans le quotidien « L’Humanité » du 8 avril.

La dette publique fait un retour dans le débat public… Fin 2019, la dette publique en France avait atteint 98,1% du produit intérieur brut (PIB), soit 2.380,1 milliards d'euros. Grâce à des taux d'intérêt très bas, la charge sur la dette a diminué. Mais la crise du coronavirus bouleverse la donne.

On entend régulièrement leurs représentants, on voit passer ici et là leurs écrits, ils exercent une influence par leurs réseaux… : pompeusement baptisés « Instituts » de ceci ou de cela pour se parer des habits de l’expertise, des think tank, où agissent des militants ultra-libéraux, tirent à leur façon les leçons de la crise actuelle pour préparer le « débat d’après ». Dans le registre du « y'a qu’à, faut qu’on », on ne fait guère mieux…