A Paris, le 12 décembre 2019

Retraites, services publics, DGFiP : combattre l’idéologie de la régression

Le mouvement porté par les organisations syndicales, contre la réforme à points, est un mouvement inédit depuis l’arrivée de ce gouvernement au pouvoir. La grande majorité du monde du travail est vent debout contre ce projet de réforme : cheminots, RATP, éducation nationale, culture, entreprises privées, raffineries, pompiers, hospitaliers,…
La journée du 5 décembre a été marquée par une forte mobilisation des salarié·es en grève avec 1,5 millions de manifestant·es dans la rue. A cette occasion, les agent·es à la DGFIP se sont particulièrement mobilisés. Le 11 décembre, le 1er ministre, n'a apporté aucune réponse aux revendications.

La journée de grève du 5 décembre a été marquée par une mobilisation sans précédent depuis des années dans toute la Fonction publique comme dans le secteur privé et par de puissantes manifestations dans tous le pays. Plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans 250 villes de France.

Après près d'une dizaine de journées de grève cette année, le niveau de mobilisation à la DGFiP ce 5 décembre a atteint un niveau historique et le plus important depuis dix ans dans notre administration.

Il marque une nouvelle fois le mécontentement global des agent.es des Finances publiques qui disent stop aux mesures qui affaiblissent le service public et organisent le recul social dans leurs conditions de travail, leur rémunération et leur système de retraite.

Pour nos retraites, nos salaires, nos services publics, poursuivons notre mobilisation à la DGFIP, Toutes et tous en grève et en manifestation !