Monsieur le premier Président de la Cour des Comptes
Le 20 juin dernier, la Cour des comptes rendait public un rapport intitulé "La DGFiP , dix ans aprés la fusion, une transformation à accélérer".

-  Le 3 juillet, notre opération de rassemblements devant la Cour des comptes et les Chambres régionales idoine a été couronnée de succès, notamment en raison des relais presse dont nous avons bénéficiés

Aix les Bains le 21 juin 2018,

Depuis près de 3 mois, les cheminot-es sont dans la lutte, la grève, et combattent vaillamment contre le saccage de leur entreprise publique et de leur statut. Ils se battent pour préserver un véritable service public ferroviaire, seul garant d’un transport accessible à toutes et tous, en toute sécurité et conforme aux objectifs de la transition écologique. Ils se battent pour un statut qui préserve les droits des salarié-es.

La Cour des comptes vient de sortir un rapport intitulé « La DGFiP, 10 ans après la fusion ». Ce rapport, dont les conclusions n’étonneront pas celles et ceux qui suivent les travaux des magistrats de la rue Cambon, est une nouvelle fois un réquisitoire à charge. Le rapport est pénétré du dogme de l’austérité budgétaire et distille une nouvelle fois des idées toutes faites totalement en phase avec l’idéologie du « moins d’État » et ce, sans tenir compte de la réalité des missions et des besoins.

 Cet article n’a pour d’autre ambition que de livrer les préconisations de la Cour des comptes en y ajoutant un court commentaire. Nous reviendrons plus longuement sur ce rapport et les orientations du programme « action publique 2022 » prochainement.