Après des années de suppressions d’emplois, de restructurations et de pression sur le pouvoir d’achat, le gouvernement veut désormais imposer un dynamitage en règle de la Fonction publique et de la DGFiP : désormais, toutes les missions et tout.es les agent.es sont concerné.es.

Hier, le Secrétaire général de Solidaires Finances Publiques alertait Bruno Parent, Directeur Général, des effets de la procédure bâillon initiée, le même jour, contre les agent·es et représentant·es des personnels de Haute-Garonne, en action depuis ces dernières semaines et jusqu'au 28 mars, date de grève et manifestation nationale de la DGFiP à Paris. Vous lirez ci-dessous notre courrier.

Nous venons d'apprendre que le Directeur départemental de Haute-Garonne avait informé les représentants de l'intersyndicale locale d'une saisine en référé du tribunal administratif visant les agent.es ayant participé au blocage de plusieurs sites durant ces dernières semaines. L'audience doit avoir lieu ce mercredi.

Nous venons d’apprendre que le gouvernement a décidé que le projet de réforme « fonction publique » sera examiné en procédure accélérée. L’Assemblée nationale et le Sénat n’examineront donc qu’une fois ce projet majeur. La loi serait applicable dès le 1er janvier 2020.