Avec ce PLF 2022, le Gouvernement réaffirme ses choix et orientations...et nous livre sans surprise une vision macronniste de l’exercice ! Ce PLF profite de l’effet rebond lié à la crise et à la reprise de la consommation ; d’autres choix pour l’affectation des dépenses étaient possibles et nécessaires. Pour le dernier de ce quinquennat, la majorité présidentielle persiste dans le tout sécurité et fait la part belle à l’Armée, la Police et la Justice. Le gouvernement passe à côté de choix forts, stratégiques et nécessaires comme la lutte contre le réchauffement climatique, les énergies renouvelables, la recherche etc., mais également la lutte contre les inégalités qui se sont accentuées au cours de la crise sanitaire (taxation et redistribution).

Le Président de la République propose la défiscalisation des pourboires pour répondre aux problèmes d’attractivité des métiers de l’hôtellerie et de la restauration en donnant la possibilité de payer les pourboires par carte bleue et en ne les soumettant pas à l’impôt sur le revenu des salarié•es du secteur.

Solidaires Finances, 1ère fédération des personnels au ministère de l’économie, des finances et de la relance, s’inquiète des évolutions reprises dans le projet de loi sur la confiance dans l’institution judiciaire. Des amendements quelque peu surprenants ont été adoptés et risquent de désespérer largement le vaillant petit peuple des magistrats et enquêteurs de tout poil, qui opèrent dans les matières financières et fiscales.

De nouvelles voix s’élèvent dans les forces politiques de droite et de gauche, chez les économistes pour une hausse des salaires. Ces voix affirment, enfin, qu’il serait légitime et nécessaire pour des raisons sociales et économiques d’augmenter les bas et moyens salaires.