Dans son rapport du 20 juin intitulé « La DGFiP, dix ans après la fusion, une transformation à accélérer », la Cour des comptes revient à plusieurs reprises sur le nombre d’implantations territoriales de la DGFiP. Le rapport affirme que ce réseau territorial est « dense » et qu’il n’a connu que « des évolutions limitées ». Dans ses préconisations, il souhaite le « resserrement » du réseau territorial, autrement dit l’accélération des suppressions de services locaux.

Le rapport de la Cour des comptes intitulé « La DGFiP, dix ans après la fusion, une transformation à accélérer » prétend balayer l’ensemble des thèmes touchant à la DGFiP (missions, gestion des personnels etc). Sa présentation, à charge, a largement fait oublier d’une part, les points (peu nombreux au regard de la réalité) qu’elle-même juge positifs et d’autre part, ses propres contradictions.

La Cour des comptes a publié le 20 juin dernier un rapport intitulé « La DGFiP, dix ans après la fusion, une transformation à accélérer ». Ce rapport est censé dresser un bilan de la fusion de la Direction générale des impôts et de la Direction générale de la comptabilité publique, fusion qui a donné naissance à la Direction générale des finances publiques (DGFiP).

Le syndicat national Solidaires Finances Publiques, 1ère organisation syndicale de la Direction générale des Finances Publiques tiendra son 31ème Congrès du 18 au 22 juin 2018 dans la ville d'Aix-les- Bains.
Ce Congrès s’ouvrira dans un contexte particulier, marqué par l’accélération des régressions sociales de tout ordre (notamment des choix fiscaux contestés et une remise en cause sans précédent des fondements de notre modèle social).